Comment se fait le recrutement de personnes handicapées dans l’administration publique ?

L’administration publique est tenue d’embaucher des personnes handicapées dans le quota obligatoire prévu par la législation et d’observer des contraintes précises afin de réaliser l’embauche conformément aux dispositions de l’article 35 du décret législatif n° 165/2001 relatif aux procédures de recrutement dans les administrations publiques. Voici un bel article informatif sur les lois qui protègent les personnes handicapées du point de vue de l’emploi, des procédures, des réglementations spécifiques et des contacts.

Il s’agit certainement d’un sujet qui peut intéresser beaucoup de monde, mais on peut se demander si, dans la réalité, les lois sont appliquées et si tout cela se produit malgré le fait qu’il est “pratique” pour les employeurs d’embaucher des personnes handicapées parce qu’ils peuvent bénéficier d’importants allégements fiscaux. À mon avis, les centres d’emploi ne fonctionnent pas pour les personnes valides ni pour les personnes handicapées. Une fois que vous êtes inscrit, personne ne vous avertit ou ne vous appelle jamais s’il y a une demande d’une entreprise ou si une annonce est en cours. En bref, ils ne font pas office de passerelle entre le candidat et les entreprises. J’espère me tromper, mais il semble que ce soit un autre gaspillage d’argent pour des structures fantômes.

La loi pour protéger le travail des personnes handicapées

L’article 3 de la loi 68/99 prévoit que les employeurs, tant publics que privés, sont tenus d’employer des travailleurs handicapés selon les modalités suivantes :

a) 7 travailleurs s’ils ont plus de 50 employés ;

b) 2 travailleurs s’ils ont entre 36 et 50 employés ;

c) 1 travailleur s’ils ont entre 15 et 35 employés ; dans ce cas, l’obligation ne s’applique qu’aux nouvelles embauches.Les personnes handicapées en âge de travailler (c’est-à-dire qui ont atteint l’âge de 18 ans et n’ont pas atteint l’âge de la retraite) et sans-emploi peuvent être embauchées par des employeurs publics (non économiques) à condition qu’elles appartiennent à l’une des catégories suivantes :

– les invalides civils (dont l’incapacité reconnue est supérieure à 45 %) ;

– les invalides au travail (avec un taux d’invalidité INAIL supérieur à 33 %) ;

– les aveugles (personnes souffrant de cécité totale ou ayant une déficience visuelle ne dépassant pas un dixième des deux yeux) ;

– Sourds (personnes sourdes à la naissance ou avant d’avoir appris à parler) ;

– les invalides de guerre, les invalides civils de guerre, les invalides de service (avec des infirmités attribuées de la première à la huitième catégorie des tableaux annexés à la loi unifiée sur les pensions de guerre) ;

Voici les moyens d’être embauché en tant que handicapé

Par le biais de concours publics qui doivent être organisés pour des profils professionnels pour lesquels un diplôme d’enseignement secondaire et/ou universitaire est requis ; la personne à embaucher doit être identifiée par le biais d’un concours public géré directement par l’organisme à embaucher (art. 35 du décret législatif 165/2001) – (Attention, l’art. 3 de la loi 127/97 a supprimé la limite d’âge pour la participation aux concours, sauf exceptions dictées par les règlements des différentes administrations. La limite d’âge minimale fixée par le décret présidentiel n° 3/1957 est toujours de 18 ans) ; – par appel numérique du Centre pour l’emploi (pour les profils pour lesquels seule la scolarité obligatoire est requise) ; – par le biais de conventions de placement (selon l’art. 11), et donc uniquement dans ce cas, par appel numérique. Il convient de noter que, pour ce type de recrutement, le Centre pour l’emploi peut établir des procédures de recrutement en lançant un avis public et avec un classement limité aux personnes qui acceptent l’offre d’emploi spécifique. L’appel par avis public peut également être défini pour des zones territoriales uniques et pour des secteurs spécifiques (art. 9 paragraphe 5 de la loi 68/99).

Il est également possible de conclure des accords, conformément à l’article 11 de la loi n° 68/99, avec les centres pour l’emploi, qui prévoient un programme destiné à l’emploi de la personne handicapée. Les employeurs publics qui souhaitent s’acquitter de l’obligation par le biais d’un accord conformément à l’art. 11 doivent présenter la demande dans les 60 jours à compter de la transmission d’une proposition d’accord. La possibilité d’embauche nominative est limitée à la stipulation d’une convention. Pour les emplois pour lesquels une épreuve sélective est requise (concours public), les personnes handicapées inscrites sur les listes spéciales ont droit à une réserve de postes dans la limite du quota global obligatoire et jusqu’à 50 % des postes mis au concours (art. 7 – paragraphe 2 de la loi n° 68/99). Il convient de noter que l’art. 16 – alinéa 2 de la loi 68/99 prévoyait que les personnes handicapées lauréates de concours publics pouvaient être embauchées, aux fins de l’exécution de l’obligation, même si elles n’étaient pas “en état de chômage” et au-delà de la limite des postes qui leur étaient réservés dans le concours. L’article 25 – alinéa 9 bis de la loi n° 114/2014, inséré lors de la conversion du décret-loi n° 90/2014, modifie le deuxième alinéa de l’article 16 de la loi n° 68/1999 en supprimant la sous-section relative au chômage.

Il est ainsi prévu que la personne handicapée doit être en chômage aussi bien au moment de la participation au concours, comme le prévoit l’article. 7 – alinéa 2 de la loi n° 68/99, qu’au moment du recrutement. Il est rappelé, en effet, que la participation au concours réservé exige l’inscription sur les listes de l’emploi visé et que cette inscription présuppose l’état de chômage. Les avis de concours prévoient des dispositions particulières pour le déroulement des épreuves afin de permettre aux personnes handicapées de concourir sur un pied d’égalité avec les autres candidats.

Gel des embauches dans l’Administration Publique

Le gel des embauches dans l’Administration Publique n’est pas à considérer dans le cas des catégories protégées et dans la limite de l’accomplissement du quota obligatoire, comme le précise la Circulaire de la Présidence du Conseil des Ministres – Département de la Fonction Publique 14 décembre 2009, n. 6, en soulignant que la non-couverture du quota de l’obligation réservée aux catégories protégées est expressément sanctionnée au niveau pénal, administratif et disciplinaire conformément aux dispositions de l’art. 15, alinéa 3 de la Loi n. 68 du 12 mars 1999. L’obligation de couvrir le quota, sous réserve de la redétermination des besoins et à titre d’exception au gel des embauches dans l’Administration publique, est réaffirmée par l’art. 7, alinéa 6 du décret-loi 31 août 2013, n° 101 – converti avec des modifications par la loi 30 octobre 2013, n° 125.

Où aller ?

Il est conseillé de se rendre au Centre pour l’emploi de son lieu de résidence pour s’inscrire sur les listes spéciales ; on peut y consulter les prospectus des employeurs qui sont tenus de vous embaucher : les prospectus sont publics et peuvent être consultés, dans des lieux ouverts au public, conformément à la loi 241/91 qui garantit le droit d’accès aux documents administratifs (article 9, paragraphe 6, de la loi 68/99). Au Centre pour l’emploi, il est également possible de s’informer sur les avis publics concernant les appels avec une liste limitée (appel avec avis public).

Veuillez vous référer aux fiches d’information approfondies spécifiques sur : le recrutement dans l’administration publique par concours public, les épreuves des concours publics, l’appel par avis public, le certificat d’aptitude aux fonctions à exercer.

Références législatives

– Décret présidentiel n° 3 du 10 janvier 1957 : “Texte consolidé des dispositions relatives au statut des fonctionnaires de l’État” ;

– Loi n° 127 du 15 mai 1997 : “Mesures urgentes pour la rationalisation de l’activité administrative et des procédures de décision et de contrôle” ;

– Loi 12 mars 1999, n. 68 : “Normes pour le droit au travail des personnes handicapées” ;

– Décret législatif n° 165 du 30 mars 2001 : “Règles générales relatives à l’organisation de l’emploi dans les administrations publiques” ;

– Circolare Dipartimento Funzione Pubblica 14 dicembre 2009, n. 6 : Décret loi n. 78 du 1er juillet 2009. Article 17, paragraphe 7. Interdiction des nouveaux recrutements ;

– Décret-loi n° 101 du 31 août 2013 : ” Dispositions urgentes pour la poursuite des objectifs de rationalisation dans les administrations publiques “, converti avec des modifications par la loi . 30 octobre 2013, n° 125 ;

– Décret-loi n° 90 du 24 juin 2014 : “Mesures urgentes de simplification et de transparence administrative et d’efficacité des offices judiciaires converties avec les modifications par la loi n° 114 du 11 août 2014”.